RGPP à l’INRA : interpellation SUD-Re au CTP du 1 JUIN - Résistance ou accompagnement ?

, popularité : 9%

A l’entrée de ce second CTP convoqué sur la mise en oeuvre de la RGPP à l’INRA, SUD a vigoureusement interpellé la direction sur son accompagnement sans faille de réformes cassant la recherche publique et dégradant les conditions de travail au quotidien...

A lire aussi le communiqué unitaire CGT-SUD faisant suite à ce CTP finalement bloqué par des délégations de différents centres de recherche, portant les pétitions de refus de cette RGPP

INTERVENTION SUD Ci-Dessous

L’essentiel a déjà été dit sur les contours de cette RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques).

Pour cette interpellation, nous mettons en perspective cette RGPP dans le cadre du rouleau compresseur gouvernemental qui vise à détruire les services publics, celui de la recherche notamment.

Coup d’œil dans le rétroviseur, cette casse frontale a en effet débutée avant même la présidence Sarkozy avec :

● le pacte pour la recherche et ses outils l’ANR puis l’AERES

● la loi LRU reléguant les EPST en agences de moyen

● la découpe en tranche de ces EPST, et sa variante INRA que nous avons appelé le « conTorsium » Agreenium

● le Grand Emprunt et ses Ex (equipex, labex, idex)

● sans oublier la PESte à laquelle vous semblez plus sensible qu’au relèvement du point de sujétion !

Et aujourd’hui donc le haché menu de la RGPP des fonctions support (avant bientôt celles de soutien).

A chaque fois vous nous sortez le même discours, sur le registre « saisissons l’opportunité pour en tirer bénéfice, même s’il faut faire des efforts… » que l’on pourrait traduire en « on vous protége et l’INRA pourra rebondir… » Ceci Pour clore sur une invitation à « partager les conditions de mise en œuvre du chantier qui s’impose » suivant la conclusion du message de vendredi dernier. Bref, l’ACCOMPAGNEMENT s’impose et vous terminez en un sympathique « je suis sure de pouvoir compter sur l’engagement de chacun d’entre vous pour y parvenir ! »

Désolé, mais les collègues tirent comme nous les enseignements de ces réformes, et n’y voient qu’un INRA déstabilisé à tous les niveaux : structures, budgets, emplois, collectifs, conditions de travail dégradées en prime.

Ceci sans compter un élément supplémentaire, qui s’est invité semble t’il par hasard, selon la version de la direction qui ne l’aurait nullement commandé, nous voulons parler des TGU (Tres grandes unités) qui fleurissent depuis un an (le mot est trop joli, au vu des désagréments supplémentaires déjà occasionnés).
Le seul plus observé, est celui de la précarité galopante… et qui s’accentue encore avec le protocole Baroin-Tron avec votre principe de précaution de ne pas renouveler des CDD aux longs cours, pour ne pas prendre le risque de voir leur situation se stabiliser !

Dossier à l’ODJ justement du CTP direz-vous. Il n’y manque qu’à y ajouter un point « RPS » Risques psychosociaux, nous préférons utiliser le terme souffrance au travail, pour que la boucle soit fermée, d’une spirale qui s’autoalimente : destructuration – précarisation – pression au travail !

En conclusion, vous ne serez sans doute pas surpris d’apprendre que dans une prochaine expression à tous les agents, nous lancerons le niveau 3 de l’alerte « souffrance au travail ».
Un dernier mot sur votre argumentaire RGPP, nous avons trouvé hallucinant que vous confirmiez sans broncher, que l’INRA était toujours préservé des suppressions de postes… en oubliant bien vite que 40 postes ont déjà été mis en réserve pour boucler le budget 2011. De l’art de jouer avec les mots !

Dans ce contexte, vous ne serez également pas surpris d’apprendre que notre syndicat persiste dans sa RESISTANCE, pied à pied, aux coups portés à la recherche publique et à ses agents.

● Hier, en résistant (pacifiquement, soyez rassurés… jusqu’à présent !) devant l’ANR, des commissions de l’AERES, lors de précédents CTP et CA d’EPST, et maintes fois devant le ministère.

● Aujourd’hui, en bloquant symboliquement ce CTP, nous refusons cette RGPP de mise en miette des fonctions support…

● Demain, en continuant d’œuvrer à des convergences d’action entre personnels, et avec les usagers… pour changer la donne !