Cemagref : Journée d’action du 24 juin, nouveaux éléments retraites : les mauvais coups pleuvent !

, popularité : 15%

Message syndical de SUD-Recherche-EPST à tous les agents (23 juin 2010) :


Bonjour,

On savait déjà que le projet de loi du gouvernement sur les retraites comportait d’inacceptables reculs sociaux pour les salariés du public comme du privé (à qui il est demandé 90 % de l’effort pour renflouer les caisses de retraite !) :

- pour tous : impossibilité de partir avant 62 ans, décote de 5% par année manquante jusqu’à 67 ans, et donc aggravation du chômage des jeunes et baisse des pensions inévitable quoiqu’en dise le gouvernement

- en plus, pour les fonctionnaires, le gouvernement saisit le prétexte des retraites pour les mettre aussi à contribution pour renflouer les caisses de l’Etat !

Par le biais d’un relèvement du taux de la retenue pour pension civile (1) prélevée sur le traitement, qui passerait (en 4 ans) de 7,85 % à 10,55 %, c’est l’équivalent d’une journée de salaire par mois qui sera retirée aux titulaires (sans même qu’ils fassent grève !) !! Voir dans le document de Solidaires Fonction Publique les tableaux de calculs pour différents niveaux indiciaires

S’y ajoute aujourd’hui :

- l’information relayée par la presse d’un changement de calcul du droit à la retraite pour les femmes fonctionnaires ayant 3 enfants et 15 ans de service si elles ne faisaient pas leur demande avant le 13 juillet 2010 !! Voir l’article de Libération

(dès qu’on aura d’autres infos, on vous les communiquera)

- et aussi l’annonce d’un probable "gel" du point d’indice (qui sert aussi de référence pour le calcul du salaire les agents contractuels), à la veille de la discussion sur les salaires dans la Fonction Publique entre gouvernement et syndicats le 25 juin !

Nous vous appelons donc à nouveau, avec tous les syndicats du Cemagref et au-delà (2) à "lever le nez du guidon" pour participer aux manifestations organisées demain 24 juin partout en France et si possible aussi à la grève !

Il faudra être très nombreux dans la rue demain pour que le gouvernement comprenne que nous ne nous laisserons pas faire et que nous serons déterminés à continuer à nous battre à la rentrée de septembre quand le projet de loi viendra en discussion au Parlement !

Pour SUD-Recherche-EPST, branche Cemagref

M-B. Albert

(1) taux parfaitement "fictif" puisque c’est de toute façon de l’argent qui ne fait que passer d’une ligne budgétaire à une autre dans le budget de l’Etat, de la même façon que la "part patronale" de ces retenues comptabilisée comme versée au Cemagref retourne aussitôt sur le compte "retraites" des fonctionnaires de l’Etat !

(2) voir aussi sur notre site l’appel de SUD-Recherche-EPST (qui fait aussi le point de la mise en pièces de la recherche publique), et celui de l’intersyndicale enseignement supérieur recherche