URGENCES : en finir avec les EX (Excellence & Exclusion), situation des précaires, accueil des étudiants et diplômés étrangers - MOTIONS D’ACTUALITE du congrès 2012 de SUD-RE

, popularité : 12%

Le 4eme congrès du syndicat, du 19 au 21 juin à Paris, s’est clos par le vote de 3 motions d’actualité ciblant des mesures d’URGENCE et de 3 autres en SOLIDARITE (Etudiants Québécois, campagne BDS -Palestine, Liberté d’enseigner - Paris Diderot)

Cet article reprend les motions sur les URGENCES. 2 motions internes ont également été votées, initiant une campagne du syndicat sur les temps réels de travail dans notre secteur ; incitant à maintenir l’adhésion après le départ en retraite.

Versions pour affichage en fin d’article

Et cliquer ICI pour le lien avec l’article reprenant les 3 motions SOLIDARITES

En finir avec les EX : le culte de l’Excellence qui génère toujours plus d’Exclusion

Pour que cela change vraiment, l’urgence est de mettre définitivement une croix sur le culte de l’excellence, prônée par le précédent gouvernement, qui détricote nos collectifs de travail, substituant la compétition à la coopération, mettant sous pression les individus et les collectifs.

La principale Exclusion est celle de l’emploi, avec l’explosion des contrats précaires.

Il faut rendre leur considération à tous les personnels de la recherche qui chaque jour, avec opiniâtreté, poursuivent leur travail de service public sans rêver ni de gloire éditoriale ou de salaires mirobolants.
Nous demandons la fin de la prime PESte, prime d’excellence scientifique qui sape le travail d’équipe, base de la recherche publique
Nous demandons que les agents TR et AI puissent bénéficier immédiatement, et avec effet rétroactif au premier janvier 2012, des quelques mesures d’allongement indiciaires obtenues dans ces corps.
Ceci, avant de nouvelles mesures permettant une réelle revalorisation de carrières de tous les agents.

Nous demandons l’arrêt immédiat des Idex, Labex_ qui remettent en cause le fondement même des EPST, notamment le Sarkophage de Saclay qui ne doit pas devenir un Hol-Land-Park.

Situation des personnels précaires

Le syndicat national SUD-Recherche-EPST, réuni en congrès des adhérents à Paris, le 21 juin 2012 :

- Dénonce le cynisme du protocole et de la loi, qui utilisent les espoirs légitimes de consolidation de leur situation chez les nombreux agents non-titulaires de la fonction publique, et en particulier des organismes de Recherche. Au lieu de créer les emplois nécessaires à la titularisation de ces personnels, la loi se contente de créer des modalités particulières de recrutement sans aucune possibilité budgétaire supplémentaire. Ces modalités sont hypocritement assorties de conditions incontournables alors qu’aucun droit effectif à un emploi permanent n’est réellement créé pour ces nombreux collègues qui font le même travail que les statutaires. Et tout ceci s’accompagne de dispositions qui vont encore élargir les possibilités pour l’administration d’employer hors statut des agents pour des besoins permanents.

- Dénonce les dégraissages préventifs entrepris par les directions d’organismes, d’instituts, avant et depuis la parution de la loi, pour mettre fin aux contrats de nombreux agents "risquant" d’entrer dans le champ d’application de la loi, alors même que celle-ci ne les contraint en rien.

- Revendique au contraire un vrai plan de titularisation de tous les agents non-titulaires qui remplissent des fonctions pérennes.

- Revendique que les plafonds d’emploi soient relevés et que les masses budgétaires des organismes de recherche soient abondées en conséquence. Ceci doit être fait en utilisant en particulier les fonds affectés à l’ANR et aux différents organismes de financement sur projet (qui contribuent à entretenir la précarité dans les organismes de recherche) ainsi qu’en récupérant l’argent détourné du budget de l’Etat par le Crédit Impôt Recherche.

- Revendique que le principe de base exigeant qu’un emploi permanent soit rempli par un fonctionnaire, soit effectivement appliqué ; revendique en conséquence que les articles du statut général de la fonction publique, issus de la loi Sauvadet ou de textes antérieurs, autorisant directement ou indirectement un recours au personnel non titulaire pour répondre à des besoins permanents soient abrogés.

- Revendique le maintien des agents non titulaires dans leur emploi avec des conditions de rémunération et d’évolution alignées sur celles des titulaires, jusqu’à leur titularisation sans concours, avec des conditions d’intégration reprenant la totalité de leur expérience professionnelle.

D’une façon générale, SUD-Recherche-EPST demande l’ouverture de véritables négociations sur l’emploi public, incluant une refonte en profondeur des statuts, carrières et rémunérations.

Accueil des étudiants & diplômés étrangers

Le syndicat national SUD-Recherche-EPST, réuni en congrès des adhérents à Paris, le 21 juin 2012 :

- se réjouit de l’abrogation de la « circulaire Guéant » qui, interdisant l’exercice d’activité professionnelle en France aux diplômés « de haut niveau (ingénieurs, docteurs, …) » de nationalité étrangère formés dans notre pays, était à la fois discriminatoire et inutile.

- demande à cette occasion :

1. que soit améliorée la politique d’accueil d’étudiants étrangers et réexaminées les conditions notamment financières de leur séjour.

2. que soit assouplie la politique de visa envers nos collègues et étudiants étrangers, soumis à de multiples tracasseries.

3. que les services de délivrance des permis de séjour des préfectures accueillent nos hôtes étrangers, enfin, dans des conditions dignes et respectueuses des individus.

4. Enfin, que soit revue l’ensemble de la politique envers les étrangers (arrestations d’enfants à la sortie des écoles, centres de rétention, reconduites musclées à la frontière,...) a minima dans le respect du droit international.