IRSTEA : sale temps pour l’emploi et les personnels ! Message du syndicat SUD-Recherche-EPST à tous les agents de l’IRSTEA - 25 février 2014

, popularité : 11%

En ce début 2014, beaucoup de mauvaises nouvelles, concrétisation dans notre vie de tous les jours des politiques d’austérité budgétaires de plus en plus drastiques auxquelles sont soumis les services publics et leurs agents. Mais il existe aussi des pistes pour organiser des résistances collectives et ne pas subir individuellement.

Au sommaire de ce message :

- Echos de la commission carrières du 11 février

- Suivi action « boycott de la saisie des indicateurs d’activité »

- Suivi action « abandon du projet IAVF, des moyens pour nos établissements ! »

- Annonce journée d’action interprofessionnelle unitaire le 18 mars

Bonne lecture !

Syndicat SUD-Recherche-EPST, branche IRSTEA

Mise en œuvre budget 2014 :

sale temps pour l’emploi et les personnels...

A la commission carrières du 11 février : pluie de mauvaises nouvelles !


On savait que le budget 2014 « An I du contrat d’objectifs 14-18 de galère » était très mauvais : voir nos infos du 11 décembre 2013

Le 11 février, en commission carrières, la direction a annoncé où elle allait faire des économies dans la masse salariale et les crédits formation :

- Emploi : on ne recrute plus dans les unités de recherche (à l’exception de 3 postes) sur tout le premier semestre 2014

- Carrières : la date de prise d’effet des avancements de grade et des promotions de corps est reportée au 1er avril (au lieu du 1er janvier)

- Budget formation : fin de la prise en charge par l’Etablissement des frais d’inscription en thèse et HDR…

Pour en savoir plus, sur les arbitrages et sur les autres points traités, lire les « Echos SUD-RE » de la réunion ci-joints.

Donnons-nous les moyens, collectivement, de résister à ces reculs, au niveau de notre Etablissement et au-delà, et de reprendre la main sur notre avenir ! Ci-dessous quelques éléments, en cours ou prévus, qui montrent que si on est solidaires, c’est possible !

Indicateurs d’activités : ne nous laissons pas intimider, poursuivons et amplifions le boycott !

L’appel au boycott de la saisie des indicateurs d’activités 2013 lancé par l’intersyndicale IRSTEA a eu un impact certain : demande aux DUs de veiller « à la complétude des données », reports successifs de la date de clôture des saisies. _ On assiste aujourd’hui à des pressions de la hiérarchie sur les agents y compris en inventant une soi-disant « obligation statutaire de rapport d’activité annuel » qui n’existe pas à l’IRSTEA, ou en remplissant les indicateurs à la place des agents sans leur accord… Cela montre au moins que c’est un moyen d’action qui marche !

Restons déterminés et solidaires : ne saisissons pas les indicateurs dans la base, en dépit des relances et des pressions, et si c’est déjà fait, effaçons-les !

Arrêtons de donner à notre direction et aux tutelles des bâtons pour nous faire battre… Exigeons de notre direction qu’elle défende fermement les moyens de l’Etablissement et ses personnels au lieu de les sacrifier.

Avec nos collègues de l’ESR, continuons à réclamer de vraies réponses à nos vrais problèmes : non à la création de l’IAVF, des moyens pour nos établissements !


La campagne de mobilisation unitaire des syndicats des divers établissements d’enseignement supérieur et de recherche concernés (dont ceux de l’IRSTEA) a déjà permis de convaincre la commission « culture » du Sénat d’émettre un avis négatif sur la création de cette usine à gaz. Le vote du Sénat sur le projet de loi a lieu début avril. Il est donc encore temps de signer et faire signer la pétition unitaire, sur papier auprès des militants syndicaux, ou en ligne.

Lien avec le communiqué intersyndical du 14 février et la pétition ici

Participons à la construction d’un mouvement d’ensemble, salariés du public et du privé, contre ces politiques d’austérité qui vont nous faire mourir guéris !


Les coupes budgétaires que nous subissons en 2014 (et depuis longtemps déjà sur nos salaires) ne sont qu’un hors d’œuvre par rapport à ce qui nous attend si nous ne faisons rien.

Il y a urgence, là aussi, à sortir de cette spirale infernale et à trouver d’autres solutions pour sauvegarder l’emploi marchand que de détruire l’emploi public et notre système de protection sociale. A commencer par arrêter le dumping social et fiscal entre les pays de l’Union européenne.

Salariés du privé et du public, chômeurs, nous avons les mêmes intérêts. Et nous sommes les 99 % !

Soyons capables de nous faire entendre, comme ont su le faire quelques centaines de patrons auto-proclamés « pigeons » il y a quelques mois. C’est le sens de l’appel à l’action unitaire pour rejeter l’austérité qu’à lancé l’Union Syndicale Solidaires aux autres syndicats le 11 février. A lire ici

Vendredi dernier, les syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires se sont réunis au niveau confédéral pour décider des modalités d’une journée d’action interprofessionnelle le 18 mars. Préparons-nous d’ores et déjà à y participer ! A suivre !

Plus d’infos sur l’espace adhérents ici