INRA - message à tous les agents : Rentrée 2014 en résistance pour l’emploi, Pour des conseils INRA (scientifique et d’administration) à la hauteur des défis posés !

, popularité : 46%

Dans ce message de septembre aux agents INRA, appel à la résistance pour l’emploi face à l’austérité renforcée du gouvernement Valls (fête de la science et initiative science en marche... au moment de la préparation du budget 2015).

Et à l’occasion du renouvellement du Conseil Scientifique National, une contribution pour des conseils INRA (scientifique et d’administration)
à la hauteur des défis posés !

Fichier illustré pour impression et affichage en pièce jointe

Face à l’austérité renforcée, rentrons en résistance

La recherche avait déjà perdu son ministère dès le premier gouvernement Valls. Au sein du grand « MENESR » de l’Education Nationale, le secrétariat d’Etat de madame FIORASO prépare une austérité encore renforcée dans le budget 2015.

Après le regroupement imposé dans des mastodontes universitaires (les COMUE),un nouveau rapport administratif (IGAENR) préconise la mutualisation des fonctions support entre universités et EPST, alors que la précarité redouble et que les conditions de travail continuent de se dégrader à tous les niveaux.

L’initiative « sciences en marche » qui se tient en parallèle de « sciences en fête » (plutôt défaite en ce moment) est une occasion à saisir pour exiger un plan pluriannuel de créations d’emplois statutaires une résorption de résorber la précarité, et un renforcement substantiel des crédits de fonctionnement de base.
Pour en savoir plus et amorcer la pompe des « marches…à vélo ! » : http://sciencesenmarche.org/fr/

Lire aussi les communiqués unitaires de l’ESR appelant àse mobiliser cette rentrée, et sur les COMUE.

Au-delà de la recherche, tous les services publics sont victimes de la politique menée. Dans la santé par exemple, sujet qui nous concerne tous, la convergence lancée par les personnels, le 23 septembre devant leur ministère pour dire non aux politiques d’austérité qui frappent les secteurs sanitaire et social, montre le chemin à suivre :
Enfin, une bonne lecture de rentrée contre la casse de nos services publics : « Quel sort réserver à la dette publique ? » Et la dernière expression de Solidaires « le Medef : une entreprise de démolition sociale ».

Contribution à l’occasion du renouvellement du Conseil Scientifique National (CSN)

Oui, les questions de politiques scientifiques sont essentielles !

Le contexte national suffit à souligner l’urgence d’une politique de recherche publique forte et indépendante pour répondre aux besoins citoyens… et non poursuivre sa marchandisation.
En tant que collectif, SUD est largement intervenu sur les questions de politiques scientifiques posées par l’insuffisance des moyens alloués à la recherche sur l’agriculture biologique (AB) et à l’agroécologie, le rapport à charge de l’INRA sur l’AB, la communication orientée de la direction sur les OGM, la charte de déontologie de l’INRA qui pose plus de questions qu’elle n’en résout… Les observateurs syndicaux SUD présents au CSN ont défendu ces dossiers et nous continuerons à nous y exprimer !

Non l’organisation actuelle de ce CSN n’est pas à la hauteur des défis posés !

Ces questions intéressent tous les agents, titulaires ou non. Il est proprement scandaleux que la moitié du personnel (les corps techniques) demeure interdit de vote et de candidature, au sein d’un conseil où la représentation de l’administration est par ailleurs majoritaire (avec la présidence du conseil).

De plus les avis exprimés ne sont pas pris en compte par la Direction générale (sur la prime d’excellence scientifique, par exemple)

Il y a urgence à redresser ce déficit démocratique : Au CNRS, tous les personnels votent pour le CS, preuve que c’est possible ! Et le vote électronique n’y est pas imposé.

Nous allons interpeller les ministres de tutelles et renouveler l’exigence de Conseils Scientifique et d’Administration rénovés. Une partie des sièges du CA est renouvelée cette rentrée : il est enfin temps que l’ensemble des porteurs d’enjeux puisse s’y exprimer !... pour une agriculture alternative à celle des « 1000 vaches »