CT CNRS du 18 janvier 2012

, par  Alain Castera, Janique Guiramand , popularité : 18%

Ordre du jour :
Plan d’action 2012-20145 "pour une organisation rénovée des fonctions support au CNRS".

Le compte rendu officiel est

Grosse bagarre depuis plusieurs mois là-dessus, le CT ne vient qu’en point d’orgue. positions relativement partagées par les OS ... quoi que (voir plus bas)

Particularités de SUD : refus de rentrer dans l’opposition "fonctions support / coeur de métier", qui ne manquera pas d’être suivi de "fonctions soutien / coeur de métier"... le personnel doit être considéré comme un groupe concourrant aux missions de l’organisme, hors de question de réer des communautés dont les intérêts seraient parait-il divergents ...

D’autre part, SUD RE refuse le discours de plusieurs autres OS tendant à dire que ces réformes "bénéficieraient" aux universités au détriment du CNRS. Bien au contraire, les universités paient également un lourd tribut :

« L’enseignement supérieur en tant que service public a subi et subit tout autant que les EPST les attaques. Sud-RE dénonce un processus plaqué artificiellement sur la recherche publique (ce plan d’action s’inscrit dans la RGPP, qui correspond à une décision politique de destruction des services publics sous prétexte d’"efficacité", certainement pas à une adaptation à une évolution du contexte international !), recherche qui devait être elle aussi épargnée – tout comme l’Université – car "indispensable au développement futur du pays"... Mais on sait déjà (pacte pour la recherche, LRU, etc.) que le but de ce gouvernement et de ses prédécesseurs n’était certainement pas le développement du service public de recherche.
Sud-RE ne peut que regretter, même si c’est sans surprise – de voir des directions d’organismes se prêter de bonne grâce, voire avec enthousiasme et initiative, une telle entreprise de casse du service public, dans la recherche comme ailleurs, au CNRS comme dans les autres organismes ou dans les universités. »

À noter quand même : le SNIRS-CGC ne vote contre le texte que parce que « le projet de texte présente encore des imprécisions » !

Vote défavorable unanime quand même, donc on remet le couvert le 27 janvier.