Election au CNESER : ne perdez pas le nord... votez SUD !

, popularité : 15%

Nous devons élire pour la première fois nos représentant/es au CNESER.

Dans ce message adressé aux agents des EPST, nous reprenons l’introduction de la profession de foi que viennent de recevoir tous les électeurs/trices...

Les votes par correspondance doivent arriver au bureau de vote (à Paris) d’ici le 28 mai

Votez pour LA liste qui présente des candidat/es de TOUTES les catégories (A,B,C)

Le Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) est une instance consultative sur les missions confiées aux établissements publics d’Enseignement Supérieur et de Recherche. Des élus SUD Recherche EPST y porteront des orientations Solidaires et y défendront les personnels. Nous avons conscience des limites de cette instance dont les avis n’imposent aucune contrainte au pouvoir politique. Seule la construction d’un véritable rapport de force peut garantir des avancées.
Pour SUD Recherche EPST, siéger au CNESER est avant tout un moyen d’avoir l’information nécessaire pour nous alerter et construire ce rapport de force ! Pour SUD Recherche EPST.
Siéger au CNESER, c’est aussi ne pas laisser le champ libre aux seuls lobbyistes (du monde économique, de collectivités territoriales et autres… et même de notre propre milieu).

Sous prétexte de « redonner toute sa place au R de « Recherche » du CNESER », c’est :

- le R de « Régionalisation de l’ESR » qui est renforcé l

- le A « d’Autonomie des COMUE (1) »,

- le L de « Lobbying »,

- le C de « Compétition »,

- le U « d’Usine à gaz » et

- le E « d’Éclatement des EPST » !

(1) Communautés d’Universités et d’Etablissements : les CUE devenues COMUE

S’ajoutent à cela une composition et un mode de désignation des représentants des personnels qui sont pour nous inacceptables : pour Sud Recherche EPST, un travailleur = une voix, tout comme un citoyen = une voix ! Nous combattons l’approche corporatiste et élitiste qui consiste à déterminer la représentation du personnel par collèges distincts en fonction des statuts ou niveaux hiérarchiques ; d’autant que le but est en général de minorer la représentation d’une partie des agents, voire de les exclure. (Ainsi pour ces élections au CNESER, la représentation des collèges « chercheurs » (6 sièges) et « Ingénieurs et Techniciens » (4 sièges) est inversée par rapport aux effectifs).

Alors pourquoi y aller ?

Pour ne pas laisser le champ libre à ceux qui, au nom de leurs prétendues « Excellences » ou « Qualités » auto-proclamées, poussent à faire de l’ESR un système de féodalités concurrentes.

Nous voulons un projet collectif d’avenir pour la recherche publique, porteur des raisons qui nous font croire à l’utilité de nos métiers et à une recherche qui investit pour bâtir un monde solidaire, pour la collectivité et pour chacun(e) !

Les principales revendications défendues par SUD-RE sont rappelées dans la profession de foi

Listes des candidat/es (Titulaires-Suppléant-e-s)

collège Ingénieur/es Technicien/nes

1 - Marie-Bernadette ALBERT (IR – IRSTEA - Antony) 1bis – Alain CASTERA (IR – CNRS – Villeurbanne)

2 – Olivier GUIBERT (AjTP – INRA – Valence) 2bis – Colette MINTSA-EYA (IE – IFSTTAR – Lyon-Bron)

3 – Sylvie TOULERON (TR – CNRS – Annecy) 3bis – Loïc PRUD’HOMME (TR – INRA – Bordeaux)

4 – Pierre VINANT (IR – IFSTTAR – Versailles) 4bis – Huguette FELIX (IE – IRSTEA – Aix-en-Provence)

collège Chercheur/es

1 - Janique GUIRAMAND (CR – CNRS - Montpellier) 1bis – Philippe BON (CR – IFSTTAR – Villeneuve d’Ascq)

2 – Jean-François HUMBERT (DR – INRA – Versailles) 2bis – Soizic Morin (CR – IRSTEA – Bordeaux-Cestas)

3 – Christine BUISSON (DR – IFSTTAR – Lyon-Bron) 3bis – Samuel ALIZON (CR – CNRS – Montpellier)

4 – Guillaume MARRELEC (CR – INSERM – Paris) 4bis – Alice MOUTON (DR – CNRS – Ivry)

5 – Élodie MERLOT (CR – INRA – Rennes) 5bis – Fabrice VIRGILI (DR – CNRS – Paris)

6 – Jean-Jacques PERNELLE (DR – IRSTEA – Antony) 6bis – Christine BENISTANT (CR – INSERM – Montpellier)

Télécharger l’affichette