INRA unitaire : suivi de l’opération Saclay/Palaiseau, le point fin septembre 2015

, popularité : 4%

Ce message adressé par les 4 syndicats de l’INRA (CGT CFDT CFTC et SUD) aux agents de la région parisienne, fait état de la situation fin septembre 2015...

Des réunions du personnel dans les différents sites concernés, une pétition de 5OO signatures relayée par une motion unanime en Comité Technique... Une mobilisation qui s’étend alors que ce projet demeure un gâchis à tous les niveaux !

Comité Technique de l’INRA du 29 septembre 2015

Déménagement de 13 unités et 491 agents de l’INRA sur Saclay : la direction générale n’exclut pas un plan exceptionnel de mobilité pour les 491 agents impactés par le projet.

Les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT et SUD de l’INRA ont appelé le mardi 15 septembre 2015 les agents à venir s’informer à l’occasion d’une première assemblée générale (AG) sur le site de Grignon. Les personnels présents ont adopté (à l’unanimité moins 1 abstention) une motion qui a ensuite été reprise et adoptée (à quelques mots près) dans les AG tenues sur les autres sites (Versailles, Jouy, Ivry, Claude Bernard) du 10 au 25 septembre. Voici le texte de la motion :

« Pour tenir compte du fait que l’opération Saclay dépasse largement une simple mobilité géographique des agents, nous exigeons un plan exceptionnel :

• basé sur les intérêts des agents et non sur des postes fléchés individuellement en fonction des besoins de la Direction,

• respectant les souhaits professionnels et personnels des agents contraints au déménagement,

• et qui ne les mette pas en concurrence

Nous exigeons des garanties collectives pour ceux qui ne voudraient pas partir à Saclay, qui ne devront pas se faire opposer l’absence de postes

Nous exigeons aussi des garanties collectives pour ceux qui accepteraient d’aller à Saclay : ne pas avoir à re-candidater sur un nouveau poste, sur de nouvelles fonctions, préserver les conditions de fonctionnement des équipes, aménager les conditions de travail pour tenir compte des contraintes individuelles, concevoir des dispositifs exceptionnels pendant les années de mise en place du campus. »

Cette motion a également été reprise en pétition intersyndicale et a recueilli près de 500 signatures en moins de 10 jours. Les signataires réclament que la direction générale s’engage tout de suite sur un tel plan exceptionnel garantissant collectivement les intérêts de chacun.

Une telle mobilisation des agents, en si peu de temps et à l’initiative des 4 organisations syndicales de l’INRA, a poussé les élus du personnel à en faire état auprès de la direction générale lors du Comité Technique de l’INRA du 29 septembre 2015.

La motion a été relue et adoptée à l’unanimité du Comité Technique de l’INRA du 29 septembre 2015.

La direction générale redit qu’il s’agit d’un déménagement d’une ampleur sans précédent à l’Inra et qu’elle prenait bonne note de ces éléments. Elle redit aussi que le sujet serait réexaminé dans quelques temps au niveau du CT, après quelques réunions du groupe de travail*** censé être un « espace de co-conception » chargé d’élaborer un plan d’accompagnement de la relocalisation de 13 unités. Nous avons donc insisté sur le fait que les personnels exigeaient que ce soit la direction qui s’engage, et tout de suite. La Direction a alors dit qu’elle « pourrait » envisager un tel plan.

*** Lors de la première réunion du dit groupe de travail ce 28 septembre, le Président de Centre de Versailles était arrivé avec une proposition de méthode. Les représentants du personnel ont alors exposé la position commune aux 4 syndicats et remis au PC les 500 signatures de la pétition. A partir de là, s’est ouvert un grand débat général à la fin duquel il est décidé de commencer par identifier les problèmes rencontrés par les agents pour pouvoir quantifier les moyens à mettre en œuvre en termes de mobilités, logements... Pour ce faire, il y aura des présentations préalables par le PC de Versailles, en AG d’unités, introduisant cette consultation.

L’information, l’échange avec et entre les personnels, la poursuite de la mobilisation prouvent que l’exigence de garanties collectives peut l’emporter.

Continuons ces actions et signons la pétition !

Le projet « Saclay » demeure un gâchis tant scientifique, humain et écologique que financier, au détriment des conditions d’emploi et de transport des 491 agents, titulaires ou CCD, aujourd’hui concernés. Et à terme, une nouvelle fragilisation pour tout l’INRA...