IRSTEA : après le CA du 17 mars, une seule solution : la mobilisation de tous ! Message de l’intersyndicale SUD-Recherche-EPST / SNPREES-FO / SNTRS-CGT à tout le personnel du 22 mars 2016 :

, popularité : 6%

Bonjour,

Le rapport d’audit « stratégique » sur l’IRSTEA était enfin à l’ordre du jour du Conseil d’Administration du 17 mars (9 mois après la date prévue…). Vous trouverez ci-joint un bref compte-rendu de vos élus au CA donnant un aperçu des réactions des principaux protagonistes, ainsi que le texte intégral de leur propre déclaration sur le sujet.

De l’intervention de la représentante de l’Agriculture s’exprimant au nom des 3 ministères de tutelle (Recherche, Agriculture, Budget) il ressort que les tutelles vont continuer allègrement à nous enfoncer !
Non seulement les tutelles n’ont pas l’intention d’assumer leurs responsabilités et de mettre à niveau la dotation de l’Etat, mais pire, elles exigent de nouvelles économies sur la masse salariale, le fonctionnement, l’investissement ! Par ailleurs elles ne sont pas pour des fusions ou adossements avec d’autres organismes, elles prônent plutôt des rapprochements thématiques et des coopérations scientifiques.
_Bref, elles n’ont à proposer que la poursuite du déclin annoncé de l’IRSTEA… (Il semble finalement que le gouvernement préfère que l’IRSTEA fasse des économies plutôt que de la recherche !)
Malgré les discours gouvernementaux sur l’importance de la recherche, sur l’agroécologie, les engagements de la COP21, la pommade qu’ils nous passent régulièrement, ce qui l’emporte c’est toujours la politique à courte vue de l’austérité budgétaire, sacrifiant les services publics, leurs emplois, et leurs personnels pour faire toujours plus de cadeaux aux entreprises (6 milliards de Crédit Impôt Recherche !).
Et la direction ne fera rien d’autre que mettre en application cette politique et donc continuera à serrer la vis (gels de postes…) et à nous harceler pour qu’on trouve davantage de ressources propres ! C’est d’ailleurs bien le sens de ce qui a été lancé avec le « plan d’action » suite à l’audit PwC et les « réflexions stratégiques » de département !
Pour éviter de mourir à petit feu ou dans des restructurations brutales, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes et les soutiens que nous serons capables de rallier à notre cause !
Pour faire prévaloir le bien commun et obtenir les moyens publics indispensables à notre travail, pour que vos représentants soient davantage écoutés, la mobilisation des personnels est un facteur primordial. Nous remercions tous ceux et celles qui ont participé aux rassemblements qui se sont tenus le 17 mars dans la plupart des centres. Les photos, motions remontées ont été communiquées aux membres du CA. C’est la preuve que le personnel se mobilise et cela ne passe pas inaperçu. Mais il faudra faire plus, et dans la durée !

Que vous soyez syndiqués ou non-syndiqués, nous vous appelons à vous mobiliser sur chaque site autour de vos représentants syndicaux pour constituer des « comités d’action », organiser concrètement des opérations de sensibilisation de l’opinion publique et élargir nos soutiens (auprès de collègues des autres EPST, élus politiques, médias…).

En premier lieu, si ce n’est pas déjà fait, il faut signer et faire signer notre pétition de soutien : elle a recueilli plus de 600 signatures depuis le 9 mars, dont de nombreux partenaires ou anciens (y compris un ancien directeur général) mais il en faudrait des milliers… et à tout le moins il ne devrait pas manquer une seule signature d’agent Irstea ! (si on ne se soutient pas nous-mêmes, qui le fera ?!)

La remise du rapport d’audit n’est pas une fin en soi, c’est une opportunité à saisir pour faire parler de nous et obtenir que s’ouvre une phase de discussion – dans des conditions acceptables ! - sur l’avenir de l’IRSTEA et de son personnel. Ce n’est qu’un début, continuons le combat !

Un autre levier d’action important est de s’inscrire dans les mobilisations interprofessionnelles pour combattre cette politique d’austérité et de régression sociale au niveau de l’ensemble du pays. N’oublions pas que nous ne sommes pas les seuls dans une situation difficile et avec un salaire en berne (malgré l’aumône de quelques euros en plus annoncée récemment par le gouvernement), n’oublions pas nos collègues précaires, n’oublions pas nos jeunes ou moins jeunes en recherche d’emploi, n’oublions pas nos collègues qui partent avec de toutes petites retraites en se demandant comment ils vont y arriver.

Le 31 mars ,les salarié-e-s, les privé-e-s d’emplois, les jeunes, les retraité-e-s ont toutes les raisons de se mobiliser ensemble, pour obtenir le retrait du projet de loi de réforme du code du travail, pour l’obtention de nouveaux droits, synonymes de progrès social, pour gagner aussi une autre répartition des richesses dans une société solidaire. Avec les organisations syndicales CGT, FO, FSU, union syndicale SUD-Solidaires, UNEF, UNL, FIDL l’intersyndicale de l’Irstea invite l’ensemble des agents, permanents ou précaires, à s’inscrire solidairement dans les mobilisations.

NB Au cours de ce mois de mars socialement agité, où des actions peuvent se décider au jour le jour, les organisations syndicales Fonction Publique (CGT et Solidaires) ont déposé un préavis de grève couvrant toute la période du 17 au 31 mars afin de permettre à tous-tes les agents-es de la fonction publique qui le souhaitent – et n’auraient pas d’autre possibilité de participer - de s’inscrire dans les différentes mobilisations qui auront lieu au cours de cette période. Merci à chacun-e de se prêter de bonne grâce aux opérations de recensement des présents qui sont la règle en cas de préavis de grève.

L’intersyndicale SUD-Recherche-EPST / SNPREES-FO / SNTRS-CGT de l’Irstea

Pour sauvegarder ses missions, Irstea devient « Irstea en lutte »
Signez la pétition "Non à la disparition d’un pan de la Recherche Publique en Environnement"