INRA message aux agents : zoom sur le bilan du contrat d’objectifs... et sur le mandat de l’élu SUD au Conseil d’Administration

, popularité : 12%

Dans ce message un retour sur le Conseil d’Administration
de mars dernier avec un bilan du contrat d’objectifs 2012-2016
de l’INRA. L’occasion aussi d’un bilan du mandat de notre élu dans l’instance... Votez SUD à l’élection en cours pour le renouvellement des représentant/es du personnel à ce CA !

2012-2016… 2021 : zoom sur les contrats d’objectifs de l’Institut

Toujours plus fort : notre syndicat considérait déjà le dernier contrat d’objectifs, sans engagement de moyens de la part du ministère, comme un marché de dupes. Le prochain, couvrant la période 2017-2021, se déclinera en contrat d’objectifs et de performance (COP), avec à la clé encore plus d’indicateurs chiffrés, qui reflètent peu la diversité des missions exercées et la qualité des recherches menées…

Le dernier Conseil d’Administration, tenu en mars, a été principalement consacré au bilan du dernier contrat 2012-2016 et au rapport d’activité 2016. Lors des échanges, l’élu SUD a critiqué une vision encore très marquée par le modèle productiviste, au détriment de la demande sociale et de l’urgence environnementale. Exemples à l’appui :

-  Ainsi, est-il fait état du succès du plan Ecophyto II. Pourtant il n’y a pas lieu de se réjouir du léger recul des ventes de pesticides en 2015, année marquée par une météo favorable, alors que ces ventes restent très élevées, le plan Ecophyto II n’encourageant pas suffisamment le changement global des pratiques agricoles, seule voie vers une réelle diminution de l’utilisation des pesticides.

- Autre exemple concernant les Laboratoires d’Innovation Territoriale (LIT) : comment justifier une alliance avec Triskalia, entreprise condamnée pour faute inexcusable suite à l’empoisonnement de salariés par des pesticides interdits ? Où est l’éthique revendiquée par l’INRA ? (en lien, plus d’info sur ce dossier, ci-contre les salariés de Triskalia invités au congrès de notre syndicat l’an dernier).

Lors de cette réunion du CA, notre élu a aussi demandé que le rapport d’activité 2016 mette en avant la construction de scénarios de transition vers des systèmes alimentaires durables menée par l’association SOLAGRO, dont le comité scientifique comporte des chercheurs de l’INRA. Il s’est aussi inquiété du délai de parution de la revue succédant au Courrier de l’Environnement.

Plus d’informations sur ces sujets et autres points abordés au CA du 9 mars (dont la nomination de la nouvelle DG « scientifique ») dans l’article en ligne sur notre site, il suffit de cliquer ICI

Le prochain « COP » 2017-2021 a été abordé lors du Comité Technique de la semaine dernière . Nous y reviendrons prochainement.

Retour sur les interventions de l’élu SUD au Conseil d’Administration durant le dernier mandat

Notre élu rend compte de chaque réunion : la compilation de ces notes est accessible sur notre site. Ce rendu systématique est un engagement de nos représentants au CA. Nous avons remarqué que depuis l’arrivée du nouveau PDG, l’INRA relate enfin les réunions de cette instance (cf en lien le rendu de la réunion de mars dernier), mais sans même faire référence aux votes émis sur les sujets présentés !

Ce printemps, un vote par correspondance est en cours pour le renouvellement de vos représentant/es au Conseil d’Administration. L’occasion de faire un point sur le rôle de cette instance et ce que nous pouvons en espérer, au vu de sa composition.

Dans la profession de foi de nos candidat/es à la nouvelle élection, nous faisons part des principales interventions SUD durant le dernier mandat :

- Désaccord avec le positionnement de la précédente direction de l’INRA sur l’agriculture biologique, l’agroécologie et le rapport #Agriculture-Innovation 2025… et proposition d’alternatives avec des recherches permettant de changer de modèle agricole.

- Dénonciation des accords que l’INRA signe avec certaines entreprises de l’agroalimentaire (à l’exemple de Terreos ou Avril) dont les activités vont à l’encontre d’un réel développement durable.

- Refus de restructurations (d’Agreenium à l’opération Saclay en passant par les Idex et des filiales) qui fragilisent la recherche publique et transforment les EPST en agences de moyens.

- Dénonciation des budgets de la recherche et des choix faits par notre Direction de sacrifier le recrutement des personnels techniques et administratifs et de réduire les moyens des Unités Expérimentales.

- Mobilisation pour l’élargissement de la diversité des porteurs d’enjeux représentés au sein du CA, au-delà du modèle dominant technologique, intensif et industriel.

- Appel à une véritable transparence sur les liens toujours plus étroits que l’Institut entretient avec le privé et défense de l’indépendance de la recherche publique afin que celle-ci garde ses capacités d’expertise.

En lien la profession de foi de la liste - VOTEZ SUD-RE !

Un mot sur le dispositif RIFSEEP … et la PEDR !

La résistance collective à l’imposition du dispositif RIFSEEP a permis de contrarier le calendrier prévu par le précédent ministère. Depuis la tenue du Comité Technique ministériel du 10 avril dont nous avionsrendu compte en intersyndicale CGT-FO- Solidaires, nous n’avons eu aucune nouvelle du ministère sur ce sujet.

Pour prévenir toute mauvaise surprise, notre syndicat avait adressé au ministère une lettre ouverte fin avril : « Ne terminez pas votre mandat sur une escroquerie ! » .

Restons mobilisé/es !

L’occasion de rappeler la résistance à la PEDR (ex-PESte) qui, dans les corps de chercheurs, participe à la même logique d’individualisation : Refusons de répondre à la campagne 2017 actuellement ouverte à l’INRA !