IRSTEA : Lettre de mission du Président et poursuite de la grève des indicateurs Message adressé à tout le personnel le 13 déc 2016 par les syndicats SUD-RE et FO

, popularité : 11%

Nous remplirons nos indicateurs d’activités quand l’Etat remplira ses obligations envers l’IRSTEA !

La lettre de mission qui vient d’être adressée au Président Bournigal par les ministres de tutelle – et qu’il a acceptée – constitue sa « feuille de route » pour son deuxième mandat à la tête de l’IRSTEA. Une route en forme de descente aux enfers :
• tout effort de financement budgétaire direct de l’État est exclu, ne serait-ce que pour porter les crédits de soutien de base de l’Institut au niveau d’un EPST « standard » ;
• le PDG, avec son consentement, et les personnels, malgré eux, sont renvoyés vers les pseudo-solutions que nous ne connaissons que trop : des réorganisations internes ou des mutualisations qui nous feraient soi-disant faire des économies de fonctionnement, la recherche de Pères Noël (de tout type ! Européens, privés, publics…) qui voudraient bien payer les charges structurelles de l’Etablissement à la place de l’État ;
• et enfin, sous couvert de « valorisation », une augmentation des expertises et autres prestations !

Ils savent pourtant aussi bien que nous qu’il n’y a pas de miracle à attendre, et que cette politique se traduira immanquablement par des non-remplacements de départs, des abandons d’activités de recherche « non rentables » et une pression de travail accrue sur ceux qui restent. Ils vont même jusqu’à essayer de nous faire croire que toutes ces merveilleuses évolutions pourront se faire en veillant à « l’attractivité des carrières » et « à la qualité de vie au travail » !! C’est le bal des hypocrites !

Dans ces conditions, plus que jamais il nous semble nécessaire de manifester notre profond désaccord avec la manière dont nous sommes traités, où le mépris le dispute au cynisme…

Nous considérons que la grève de la saisie des indicateurs d’activités est un moyen fort de signifier notre refus de nous faire balader, sans pour autant porter atteinte à notre production scientifique. Et un moyen de faire savoir à tout internaute qui ouvre les rapports annuels « chiffres et synthèse » de la DP2VIST en ligne sur le site IRSTEA[1] que « non, tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes à l’IRSTEA », quoique veuille faire croire la direction !

Les syndicats SUD-Recherche-EPST et SNPREES-FO appellent les personnels à poursuivre et amplifier encore cette année la grève de la saisie des indicateurs dans la base.

Répétons-le : la grève de la saisie des indicateurs d’activité dans la base IRSTEA n’est pas un acte individuel de rébellion ; c’est une action collective menée dans le cadre d’un appel syndical pour protester contre l’absence de réponses aux problèmes structurels de l’Etablissement et pour tenter de faire avancer les choses…. A minima pour montrer que nous ne sommes pas dupes.
Personne ne refuse de rendre compte de ses activités : il est seulement question, dans le cadre d’une action syndicale, de retenir momentanément des informations, informations que les personnels se feront un devoir de transmettre à leurs supérieurs hiérarchiques dès qu’ils verront poindre des signaux positifs de soutien des tutelles à leur travail.

Ne renseignez pas vos indicateurs ou effacez-les de la base si vous les avez déjà remplis (vous pouvez les garder « sous le coude » dans un fichier « perso »).

Ne lâchons rien ! Soyons encore plus nombreux cette année à ne pas saisir ces indicateurs. Le massacre de l’institut, de ses activités, de ses emplois, continue : refusons de jouer les « bons élèves » !

Les syndicats SUD-Recherche-EPST et SNPREES-FO de l’IRSTEA