ENSEMBLE le mardi 22 mai... puis le samedi 26 !

, popularité : 11%

Dans ce message aux agents, sous l’accroche "ENSEMBLE ce 22 MAI pour défendre les SERVICES PUBLICS & pour un AVENIR MEILLEUR… puis le 26 MAI !" notre syndicat appelle le personnel à se bouger la semaine prochaine afin d’en finir avec la politique régressive menée par Macron-Philippe...

Un message en appui à l’appel lancé unitairement par l’ensemble des fédérations syndicales de la Fonction Publique pour ce mardi 22 mai et par plus de 40 organisations nationales pour le samedi suivant, 26 mai.

En pièce jointe, une version illustrée en fichier pour impression, affichage

Tandis que la recherche publique est le théâtre de « transformations » au bulldozer, les 4 chantiers du projet gouvernemental « Action Publique 22 » auront pour conséquence une nouvelle dégradation des conditions d’emploi et de travail de chacun/e.

Dans notre dernière expression sur « la recherche en danger », nous relations le détricotage des EPST qui s’accélère, tandis que pour le personnel, c’est toujours plus d’individualisation et de précarité.

Si certain/es en doutaient, une récente étude du ministère lui-même illustre hélas cette dégradation, en faisant état d’une baisse de 32 % des recrutements externes EPST sur 8 ans, pourcentage atteignant 80 % dans le corps des Adjoint/es Techniques, en voie de disparition… Au final, ces dernières années, globalement un poste sur cinq n’est plus remplacé dans les EPST. On est loin de la sanctuarisation affichée au fil des budgets annuels ! La même étude indique que 20 % des agents sont non-titulaires, leur seule consolation est d’être désormais majoritaire dans ces nouveaux recrutements, au prix d’une reprise de carrière sévèrement rétrécie à l’embauche !

Le retour annoncé du « contrat de projet » dans le chantier « contractualisation » RH, avec une durée calée sur celle du dudit projet, risque de devenir la norme. Il fera des CDD des « précaires à vie » et fragilisera encore plus le statut de titulaire. Un autre chantier du gouvernement est d’accentuer la « rémunération au mérite ».

Ces évolutions sont à l’opposé de nos demandes :

-  Des créations d’emplois à tous les niveaux de qualification pour mettre fin à la précarité et répondre aux besoins de la recherche publique ; avec une amélioration immédiate du contrat des non-titulaires actuels.

-  Une prime identique (avant son intégration au salaire) - de l’Adjoint Technique au Directeur de Recherche –qui soit l’équivalent de la prime moyenne d’un Ingénieur de Recherche Hors-Classe (7000 euros annuels environ, ce qui n’est jamais que la prime perçue en catégorie C dans d’autres ministères).

- Un rattrapage des pertes de pouvoir d’achat subies ces dernières années, par l’attribution d’un même nombre de points d’indice à toutes et tous plutôt que des augmentations en pourcentage qui élargissent les inégalités.

Dans les services publics (Santé et EHPAD, Transports, Poste, Universités…) la riposte s’est engagée sur la durée.

Saisissons la journée unitaire Fonction Publique de ce mardi 22 mai, avec grève et manifestation, pour se préparer un avenir meilleur !

Et, au-delà des services publics, si nous ne voulons pas perdre les uns après les autres, face à la politique régressive menée par Macron- Philippe, c’est une mobilisation d’ensemble qu’il s’agit de construire, public-privé, jeunes-retraité/es et sans emploi…

C’est l’objectif de la marée populaire appelée partout en France le samedi 26 mai.