INRA : retour sur le Conseil d’Administration du 12 octobre 2018

, popularité : 38%

Dans cet article, l’élue SUD au Conseil d’Administration fait part des échanges sur les principaux dossiers à l’ordre du jour de cette réunion de rentrée, notamment le projet de fusion INRA/IRSTEA. Elle en a profité pour adresser un message d’alerte sur le partenariat INRA/Dupont après l’arrêt de la cour de justice européenne du 25 juillet 2018, qui dispose que la directive sur les OGM s’applique également aux organismes obtenus par des techniques de mutagénèses, ceci dans un contexte de mobilisation du lobby NBT.

En pièce jointe l’ensemble des notes, en séance, de l’élue SUD

L’ordre du jour :

- Approbation du PV du 7 juin 2018

- Actualités de l’INRA

- Info sur le rapprochement INRA-IRSTEA - Budget rectificatif 2 (vote)

- Projet « séquençage Occitanie Innovation » (vote)

- Extension du comité consultatif commun d’éthique INRA-CIRAD-IFREMER à l’IRD (vote)

et 3 points d’information.

et zoom sur 2 interventions de l élue SUD

L’intervention SUD sur le projet de fusion INRA/IRSTEA

« Un point du rapport du COMOP Appui nous interpelle particulièrement. Il s’agit de la question des ressources du nouvel établissement, où il est clairement énoncé que le projet de fusion ne saurait être soutenable sans une augmentation très significative, tant en valeur qu’en volume, des ressources propres contractuelles et non contractuelles d’origine privée, qu’il s’agisse de ventes de biens, de prestations, d’études et d’expertises. Elle est très préoccupante pour la recherche publique, à l’heure où nous avons plus que jamais besoin de recherche non marchande pour innover en matière d’économie de coûts dans les domaines de la santé ou de l’environnement, pour réduire les dépenses de Sécurité sociale, l’endettement des agriculteurs, le préjudice écologique, etc… tout cela participe au bien commun mais quelle place cela aura-t-il dans le modèle économique que vous proposez ? Pour cette raison, je renouvelle l’appel qui vous a été fait de demander la tutelle du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire (MTES) en charge de l’Environnement.
Nous avons déjà diffusé notre réaction suite à la publication du rapport d’étape adressé aux tutelles ministérielles

Et son alerte concernant l’accord cadre INRA/DUPONT sur lequel l’INRA a largement communiqué cet été, alors que la pression s’accentue pour le recours au NBT

« La société DuPont, fusionnée avec Dow Chemicals depuis 2017, est en position dominante sur la détention de brevets concernant les applications de Crispr-Cas9, juste derrière les MIT ou l’université de Harvard et loin devant Monsanto ou Bayer. Lancée très tôt dans la course aux NBT, DuPont Pioneer clamait en 2015 que « toutes les souches DuPont de Streptococcus thermophilus étaient désormais optimisées grâce à la technique Crispr ». Dans le même temps, cette société détenait déjà environ la moitié des parts du marché des ferments lactiques, que nous retrouvons dans nos yaourts et autres aliments. A la suite de l’arrêt de la cour de justice européenne du 25 juillet 2018, qui dispose que la directive sur les OGM s’applique également aux organismes obtenus par des techniques de mutagénèses telles que Crispr-Cas9, nous attendons avec impatience traçabilité et étiquetage afin de savoir quels produits de notre alimentation quotidienne contiennent les ferments « optimisés » de DuPont (…)

L’Inra met donc ses équipements, ses équipes, et forme toute une génération de doctorants au profit de multinationales dont le seul intérêt est de capitaliser sur « les grandes pathologies de la société moderne », pour continuer à faire leur beurre d’une société de surconsommation, qu’elles ont elles-mêmes contribué à créer, et dont elles aspirent aujourd’hui à tirer l’argent du beurre en proposant toujours plus d’innovations techniques propriétaires : biocontrôle, médicaments, laits infantiles…, financées par les ménages ou par l’assurance maladie. Avec la question : ces recherches ne se font-elles pas aux dépens d’une nécessaire transition vers une alimentation moins transformée et plus accessible ?