TRACT : Réforme des Universités : Signons la pétition unitaire

, popularité : 7%

Réforme des Universités : Signons la pétition unitaire Et préparons la riposte contre tous les chantiers
de démolition ouverts cet été par le gouvernement

Avec Sarkozy, c’est « sauve qui peut la recherche publique », et en premier lieu cet été les Universités !
Les craintes que nous avions exprimées dès la mi-juin se concrétisent : volonté de casser le service public de
l’Enseignement supérieur et de la recherche dans un projet dit "d’autonomie des Universités", imposé après un
semblant de concertation (et quelques reculs censés satisfaire les étudiants), puis un passage à la sauvette au
parlement.
Après un « débat » bâclé au Sénat, la loi devrait être adoptée par l’Assemblée nationale au cours de la dernière
semaine de juillet, suivant la procédure d’urgence...
Au vu de cette précipitation, le gouvernement « Sarkozy » chercherait-il à faire payer l’affront subi l’an dernier
avec le recul sur le CPE (Contrat Première Embauche), gagné par l’action unitaire des jeunes et salarié-es ?

Empêchons la poursuite du démantèlement des EPST !
La loi sur la recherche d’avril 2006 (dite « pacte pour la recherche ») avait inscrit dans la législation toute une
série de premières dispositions qui ont mis à mal la politique scientifique propre des organismes de recherche
et l’emploi sur statut de fonctionnaires. En particulier, le développement de l’ANR (agence nationale pour la
recherche) favorise une recherche sur projet décidée de manière opaque à l’extérieur des EPST, et financée
très généreusement alors même que les budgets des EPST stagnent. Au final, la marge de manoeuvre des
EPST diminue et le nombre de CDD explose.
C’était la première lame du rasoir à découper les EPST et les statuts des personnels.

La réforme, rebaptisée au Sénat « relatif aux libertés des universités » !
http://www.nouvelleuniversite.gouv....
organise la mise en concurrence des universités entre elles, le recours généralisé à l’emploi de contractuels et
prévoit une plus forte intégration des personnels des EPST dans les universités par le biais des unités mixtes.
Cette réforme, même si les objectifs en restent inavoués, est écrite dans l’esprit de la lettre de mission de la
Ministre Valérie Pécresse qui précise qu’elle doit « faire évoluer les grands organismes de recherche vers un
modèle davantage fondé sur celui d’agences de moyens finançant des projets » et « placer les universités au
centre de l’effort de recherche ». (lettre de mission disponible sur le site du syndicat).
C’est la deuxième lame du rasoir à découper les EPST !

Signons la pétition unitaire qui demande le retrait de cette réforme : « Appel des Cordeliers » soutenu par les syndicats FSU- FO - CGT - UNSA et SUD ainsi que SLR, en ligne sur le site http://www.universite-recherche-dem...

Dans ce contexte, le message similaire - largement diffusé en interne - par les directions de 2 EPST, fin juin,
n’est pas rassurant « nous pouvons vous assurer que les missions nationales de l’INRA restent prioritaires, que ses
personnels ne seront pas transférés vers l’université et que les agents INRA travaillant au sein d’unités mixtes avec
l’université, le plus souvent d’ailleurs sur des site INRA, continueront à relever de la responsabilité d’employeur de
l’institut.
 » (version INRA)
- dans ce modèle d’agences de moyens, quid des missions actuelles ?
- quelle assurance pour le personnel de ne pas être « mis à disposition », même s’il continue d’être sous
la responsabilité d’employeur de l’institut ?

Les autres échéances de rentrée, notamment la finalisation du budget 2008, le « chantier (sic !) jeunes
chercheurs » lancé en grande pompe par le ministère début juillet, exigeront de développer la mobilisation
unitaire des personnels.

Après la réforme des universités, le gouvernement choisit aussi l’été pour ouvrir d’autres « chantiers de
démolition » qui demanderont des ripostes unitaires nationales à la rentrée.
Voir l’expression de SOLIDAIRES : http://www.solidaires.org/article14...

Des aujourd’hui, signons et popularisons la pétition unitaire contre la réforme universitaire.
Afin de faciliter la centralisation des signatures durant la période de congés, utilisons de préférence le site
intersyndical dédié à la collecte des signatures (en insistant si le site est ponctuellement en surchauffe !)
L’enjeu, à la rentrée, sera de développer une nouvelle et puissante mobilisation d’ensemble capable
d’empêcher l’application de ces réformes.