INRA : Chercheurs sous pression, appel à pétition

, popularité : 6%

Pour lire et signer la pétition cliquez ici "Appel à pétition des délégués élus en CAP CR et DR
(CGT, SUD, CFDT, CFTC)
"

Chercheurs sous pression...
Quand la politique de management tue la Recherche.
Ensemble, dénonçons la dégradation des conditions
de travail.

Un fort sentiment de malaise s’exprime chez les chercheurs qui voient leurs conditions de travail se dégrader à plusieurs niveaux :

* La charge globale de travail s’accroît (recherche de crédits, évaluations et contrôles à répétition, réorientation des thématiques individuelles et collectives en fonction des impératifs politiques, restructurations à moyens décroissants) mais le temps consacré à l’activité scientifique diminue. La diminution de la dotation reconductible des Unités entraîne une dépendance accrue des chercheurs vis-à-vis de la hiérarchie, des politiques et de l’industrie pour obtenir des moyens. Ceci réduit la capacité du service public de recherche à produire collectivement des connaissances au service de la société, et risque d’orienter les recherches vers celles dites "productives" (de court terme et, notamment, au service de l’industrie) au détriment des recherches originales et novatrices, plus risquées, et des recherches de long terme ou systémiques.

* La direction de l’INRA introduit des mesures de modulation des crédits de recherche inappropriées et contre-productives : la modulation des parts chercheurs en fonction des publications (nombre, classement ...) met en concurrence les chercheurs et les équipes et conduit à un individualisme exacerbé. La demande de la direction générale aux chefs de département de supprimer la part-chercheur des collègues "en alerte scientifique" ne peut qu’amoindrir les capacités de recherches individuelles et collectives.

* Les délégués élus en CAP (Commissions Administratives Paritaires) chercheurs constatent l’apparition de situations de chercheurs mis à l’index et/ou hors équipe, dans l’impossibilité d’établir une interaction positive avec leur hiérarchie pour construire une évolution de leur parcours. Ces situations étaient marginales et se banalisent aujourd’hui. C’est un gâchis pour l’INRA et une souffrance chez les personnes concernées.

Les conséquences de ces évolutions sur les collectifs et le travail de recherche sont néfastes : démotivation et malaise des chercheurs et des ITA, baisse de l’attractivité des métiers scientifiques, perte de la diversité des thématiques et des techniques, moindre objectivité et qualité des résultats. Ce malaise est accentué par le recours accru à la précarité, aujourd’hui constaté à tous les niveaux de qualification dans la recherche publique.

En conséquence, nous demandons à la Direction Générale de revenir sur sa politique de modulation/suppression des parts chercheurs, de limiter le temps de travail consacré à des tâches non scientifiques, et de donner à chaque chercheur les moyens de développer un projet de recherche au sein d’une équipe. Nous manifestons notre attachement à une recherche publique menée par des titulaires au service de la société et détachée des effets de mode et des impératifs politiques ou industriels. Nous soutenons nos délégués élus en CAP chercheurs qui demandent la tenue d’une CAP chercheurs extraordinaire pour porter ces demandes.

Initiateurs :

Aude Barbottin, CR2, élue CFDT
Bruno Barenton, DR2, élu CFTC
Pierre Benoit, CR1, élu SUD
Isabelle Champion, CR1, experte syndicale CFDT
Yves Chilliard, DR1, élu CGT
Philippe Debeire, DR2, expert syndical SUD
Isabelle Denis, CR1, élue CGT
Jean-Baptiste Denis, DR1, élu CFDT
Marion Desquilbet, CR1, élue SUD
Arnaud Dowkiw, CR2, élu CFDT
Laurent Ferrier, CR1, élu CGT
Pascal Froment, CR2, élu CFTC
Claire Mousset-Déclas, CR1, experte syndicale CGT
Patricia Nagna-Le Meillour, DR2, élue CFTC
Alain Roques, DR1, élu CGT
Jean-Michel Salmon, DR2, expert syndical CGT
Thomas Schiex, DR2, élu CFDT
Sophie Tares, CR1, experte syndicale CFTC
Sandrine Truchet, CR2, élue CFTC
Monique Zagorec, DR2, élue CFDT