CNRS : Front Commun contre la PESte Le dialogue social vu par la direction du CNRS : servilité envers le ministère, mépris du personnel et des institutions

, popularité : 13%

L’histoire

Lors du CTP du 20 octobre 2009 [1], les représentants du personnel se sont opposés unanimement au dispositif délétère qu’est la PES. (Voir l’article STOP la PES(te))

Ils ont demandé à soumettre au vote du CTP une motion dans ce sens.
(voir la déclaration et la motion ci-jointe).
Le Directeur Général a purement et simplement refusé de soumettre ce texte au vote. Devant un tel manquement au règlement du CTP, les représentants du personnel ont quitté la réunion et rédigé le communiqué ci-joint.

Commentaire à chaud

Ce nouvel écart illustre bien deux choses : le peu de cas que la direction du CNRS fait de la légalité de son action lorsqu’il s’agit de « plaire » au ministère, et le peu de cas qu’elle fait du dialogue social.

Peu lui importe que, après le conseil scientifique, certains conseils de département, certains CTP d’autres organismes, l’unanimité des représentants du personnel vienne traduire le rejet de la majeure partie de la communauté.

L’important, n’est-ce pas, c’est d’être un bon petit soldat en montrant au ministre avec quelle vigueur on défend son "bébé".

Pourtant, cette unanimité est lourde de sens : toutes les organisations syndicales n’ont pas la même approche en ce qui concerne les salaires, les primes, les soi-disant "excellence" ou "mérite" et la façon de les déterminer. Qu’elles se retrouvent ainsi sur le terrain de la PES est une parfaite démonstration de la nocivité (voulue ?) du dispositif.

[1dont un compte-rendu plus complet sera bientôt publié, selon nos engagements