CNRS : Profession de foi pour le Conseil Scientifique

, popularité : 16%

ELECTIONS AU CONSEIL SCIENTIFIQUE DU CNRS

Les élections des représentants du personnel au Conseil Scientifique du CNRS auront lieu du 10 juin au 7 juillet 2010. Le Conseil Scientifique « veille à la cohérence de la politique scientifique du centre en liaison avec l’ensemble des instances scientifiques consultatives » (Décret n°82-993 du 24 novembre 1982 portant organisation et fonctionnement du CNRS ; version consolidée au 02 novembre 2009).

Pourquoi considérer comme un enjeu une telle élection alors que la politique scientifique est éclatée entre les instituts, les alliances, l’ANR et même parfois l’AERES ? Parce que le CS doit être consulté lors des grands changements affectant le CNRS, et qu’il est de notre responsabilité de nous engager pour que l’expression de la communauté ne soit pas déformée par des votes ... bizarres, comme il y en a eu dernièrement.

Les candidats SUD-Recherche EPST à ces élections s’engagent à s’opposer à la destruction programmée de la recherche publique et à défendre une recherche publique au service de tous.

Pour en savoir plus sur nos engagements :
• contre la destruction des établissements publics de recherche et d’enseignement supérieur,
• contre le détournement des découvertes publiques,
• pour la régularisation de tous les sans-statuts et la revalorisation des carrières,
• contre l’autoritarisme, pour un droit d’alerte,
Notre profession de foi pour ces élections, c’est ici.

ELECTIONS AUX CONSEILS SCIENTIFIQUES D’INSTITUTS

En parallèle aux élections au CS du Centre auront lieu les élections aux CSI.
SUD Recherche EPST boycotte ces élections et invite les électeurs à faire de-même. Pourquoi ?

L’an passé nous nous sommes fortement opposés au décret entérinant le découpage du CNRS en instituts. De fait, avec ce décret le CNRS en tant que Centre n’est plus le programmateur de la recherche via son Conseil Scientifique ; seuls le sont ses instituts auxquels le ministère peut s’adresser en ligne directe. La cohérence et l’unicité du Centre sont mises à mal pour une indépendance politique des Instituts entre eux. Pour Sud-Recherche EPST reconnaître ce découpage en instituts, c’est accepter la mort programmée du CNRS. C’est pourquoi nous avons invité les différentes organisations syndicales à un boycott collectif des élections aux CSI… Sans succès. Sud-Recherche EPST a donc décidé de maintenir seul sa position de boycott, pour montrer son attachement à un CNRS non-seulement multidisciplinaire, mais aussi interdisciplinaire.

De fait, le champ d’action des CSI risque d’être limité, car à bien lire le nouveau décret, comparés aux ex-CS de départements, les CSI perdent toute prérogative de stratégie et de mise en œuvre. Ils sont cantonnés dans un rôle consultatif sur la pertinence et l’opportunité des projets, mais ne sont pas force de proposition. Ce rôle devrait dorénavant être réservé aux Alliances. Alors, la prochaine étape : les instituts, des coquilles vides au service des alliances ?

Navigation