RGPP à l’INRA, 1° EPST audité : un rapport lourd de menaces !

, popularité : 8%

Le premier rapport d’audit RGPP sur les fonctions dites "support" de l’INRA a été présenté en CTP ce 11 mars... Si lourd de menaces pour le devenir des collectifs de travail qu’il est utile que chacun-e puisse en juger sur pièce !


POUR VISIONNER DIRECTEMENT LE DIAPORAMA faisant fonction de RAPPORT, ouvrir la PIECE JOINTE

On savait à quoi s’attendre, on n’est pas déçu ! parmi les recommandations : fusion de centres, mutualisation des compétences financières... avec l’objectif de réaliser des économies à tous les étages, RGPP oblige. Ceci sans tenir compte des enjeux et contraintes scientifiques, des compétences nécessaires et encore moins de la situation des femmes et hommes qui se cachent derriere ces "ETP" soumis à la calculette RGPP !

Nos premières réactions, en séance de ce CTP, se trouvent dans l’article
http://www.sud-recherche.org/SPIPprod/spip.php?article1086

Ci-dessous, extrait du message adressé aux agents INRA ce 16 mars

JOINT enfin LA PETITION UNITAIRE soumise à la signature du personnel

Le gouvernement s’était d’abord consacré à la « découpe en gros » des EPST : Instituts, conTorsium Agreenium, FCS de Saclay… puis au lancement des Labex, Equipex, Idex.
Il passe au « haché menu », en débutant par les fonctions dites « support » (secrétariat, finances, services généraux…) essentielles pour l’activité de recherche. Celles de « soutien » (informatique scientifique, documentation, communication…) suivront à partir de juin. Déjà 15 % d’ETP (équivalent temps plein) travaillés sont concernés par ce premier audit, selon le rapport présenté au CTP du 11 mars.
L’objectif est toujours le même : vider la recherche publique de tout ce qui fait sa force !

L’obsession permanente de la calculette RGPP est l’optimisation, la rentabilité maximum, avec comme recette le regroupement (le syndrome TGU est contagieux) des structures et personnels. Ainsi au détour des recommandations : « développer…des plates-formes de service, en regroupant des personnels exerçant une fonction financière dans les unités de service » (diapo 37) : c’est revenir sur l’engagement pris à DIJON par la Direction de l’INRA devant l’assemblée des Directions d’Unités ! La quasi-totalité des recommandations de l’audit se basent sur la segmentation/centralisation des fonctions, économie d’échelle oblige !

La Direction indique qu’elle présentera fin mai en CTP sa réponse à cet audit, qui est déjà le « fruit d’une méthodologie qui privilégie l’analyse partagée entre l’équipe d’audit et l’établissement » (diapo 2). Une convergence inquiétante, nécessitant d’ici là une réaction collective d’ampleur !

L’équipe d’audit expérimente sa méthodologie à l’INRA, avant de l’appliquer aux autres EPST. Elle vise à réduire partout le nombre de titulaires