MERCREDI 23 Mars une soirée ciné-débat à Dinard (35) : "La mort est dans le pré" et soutien aux ex-salariés de Triskalia dans le cadre de la semaine 2016 "Alternatives aux pesticides" (et du congrès de SUD-RE)

, popularité : 6%

Dans le cadre de la semaine 2016 de mobilisation contre les pesticides et en marge du congrès de notre organisation syndicale, un rendez-vous militant à Dinard ce mercredi 23 mars en soirée, à partir de 20 H...

Avec le film "La mort est dans le pré" et le témoignage d’ex-salariés de Nutré-Triskalia intoxiqués au travail.

Le film « La Mort est dans le Pré » réalisé par Eric Guéret sera diffusé à Dinard le mercredi 23 mars 2016 à 20h, et suivi par un débat avec les ex-salariés de la coopérative Nutréa-Triskalia intoxiqués sur leur lieu de travail par des pesticides.

Ciné-débat à 20h, à la salle de réunion du Village Vacances du Manoir de la Vicomté, 6 av Georges Pian, 35800 DINARD - entrée libre

Plus d’infos sur les évènements de cette semaine nationale 2016 de mobilisation en cliquant ICI :

Ci-dessous une synthèse de l’état du dossier Triskalia, et en pièce jointe un article de Solidaires (’septembre 2015)

LES FAITS :

En 2009-2010, au moins 4 salariés de la coopérative agricole bretonne Nutréa-Triskalia ont été intoxiqués par des pesticides, répandus sur des céréales dans un silo de stockage. Déclarés inaptes au travail, ils ont tous été licenciés par Triskalia en 2011 et 2013.

Ils souffrent à vie d’ « hypersensibilité aux produits chimiques multiples », maladie très invalidante, et vivent aujourd’hui avec les minima sociaux, sans possibilité de retrouver du travail.

Le 11 septembre 2014, le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale (TASS) de St Brieuc a condamné Nutréa-Triskalia pour « faute inexcusable de l’employeur », première victoire d’un difficile combat juridique pour faire reconnaître leur préjudice et obtenir une solution juste et loyale face à Triskalia et à la Mutualité Sociale Agricole.

En mars 2014, un chauffeur-livreur de l’entreprise s’est suicidé sur ce même site. Le 3 septembre 2015, le TASS de St Brieuc a demandé à la MSA, qui s’y opposait, de prendre en charge son décès en tant qu’accident du travail.

LE SOUTIEN :

Aujourd’hui des comités de soutien à St Brieuc, Rennes et Redon travaillent à faire connaître cette affaire, ils apportent un soutien moral et financier aux victimes.

L’engagement de citoyens et d’associations en Bretagne est un élément réconfortant pour les ex-salariés, et important pour la nécessaire prise de conscience des dégâts causés par les pesticides chez les salariés de l’agro-alimentaire et chez les agriculteurs eux-mêmes.

Les citoyens s’interrogent sur la responsabilité sociale des entreprises concernées et leur réelle volonté de protéger leurs employés.

Face à l’utilisation des pesticides, NOUS SOMMES TOUS CONCERNES : paysans, salariés agricoles, consommateurs….

Les céréales traitées aux pesticides interdits ou surdosés ont servi à fabriquer des aliments pour porcs ou volailles, et ont fini dans l’assiette des consommateurs sans que les éleveurs n’aient été informés. Aujourd’hui, rien n’a changé, l’entreprise continue à utiliser massivement des pesticides sur les céréales stockées alors que d’autres méthodes de conservation existent.

Face aux salariés intoxiqués, la MSA reste dans le déni, refuse de prendre en compte leur maladie, fait traîner les actions en justice ; Triskalia nie ses responsabilités, essaie de repeindre sa communication en vert ; quant au pouvoir politique, il refuse de briser l’omerta.

L’utilisation des pesticides est un problème crucial de SANTE PUBLIQUE et d’ENVIRONNEMENT.