Solidarité internationale avec les luttes au Maroc pour la défense des services publics et la démocratie !

, popularité : 55%

Communiqué de notre syndicat du 14 mai en solidarité avec les luttes menées au Maroc pour le défense des services publics et la démocratie. Ceci alors même que le pouvoir en place réprime des manifestations syndicales.

Texte adressé à l’ambassade du Maroc et au Ministre des Affaires Etrangères

texte pour impression en pièce jointe

Le dimanche 6 avril 2014, onze manifestants ont été arrêtés à Casablanca, lors d’une marche ouvrière, pacifique et légale, rassemblant de 30.000 à 50.000 personnes pour la défense des services publics et contre la vie chère, organisée par les trois principales centrales syndicales marocaines (UMT, CDT et FDT). Lorsqu’ils ont commencé à scander des slogans contre la corruption et le despotisme du régime en place, des jeunes du Mouvement du 20 Février (M20F) ont été agressés par la police (une vidéo en témoigne) puis arrêtés.

Alors que les personnes arrêtées ont fait l’objet de violences verbales et physiques de la part des policiers, au cours de l’arrestation et sur le chemin du commissariat, et alors que les personnes blessées n’ont pas été soignées, ce sont elles qui sont accusées de violence envers les forces de l’ordre et d’organisation de marche non autorisée ! Quant aux familles des détenus, elles n’ont pas été avisées des arrestations, contrairement à ce que stipule la loi.

Ces jeunes se rajoutent à la liste des prisonniers politiques qui croupissent dans les geôles du régime marocain, dont plusieurs membres du Mouvement du 20 février, des étudiants et des syndicalistes de l’Union Nationale des Etudiants du Maroc (UNEM).

Cela fait maintenant trois ans que le Mouvement du 20 février, avec des syndicalistes et d’autres militant/es, exige la liberté, la dignité, la démocratie, la justice sociale et l’égalité pour toutes et tous au Maroc. Tous dénoncent la casse généralisée des services publics, le chômage endémique, la précarisation du travail dont les femmes et les jeunes sont les premières victimes. Ils dénoncent également la répression policière systématique que subissent celles et ceux qui luttent.

Nous soutenons les luttes des travailleuses et travailleurs marocain/es et de tous les courants démocratiques en lutte pour une émancipation réelle. Nous apportons notre plein et entier soutien aux mobilisations organisées au Maroc par les organisations syndicales.