Jeudi 25 juin : Ensemble contre la mort programmée des EPST et de la recherche publique

, popularité : 45%

Fidèle à la nouvelle devise du CNRS « dépasser les frontières », les fossoyeurs du service
public exilent à Genève le Conseil d’Administration du CNRS du 25 juin pour avaliser
tranquillement, à travers le contrat d’objectifs (sans moyens) et la modification du décret
organique, des pièces essentielles de leur projet.

(Note : pour avoir le tract en version imprimable, cliquez ici )

Plus fort que la fuite à Varenne de l’INRA pour imposer le
« contorsium » agronomique en avril dernier ! L’enjeu est de
taille : tous les personnels de la recherche publique (EPST et
universités) sont concernés par cette reconfiguration totale du
paysage de la recherche publique (emploi, évaluation,
financement , gestion des UMR).

Et tous les moyens sont bons, y compris l’intervention
totalement abusive de Madame Pécresse qui s’est invitée en
plein débat sur ce contrat d’objectifs au Conseil scientifique
du CNRS, instance prétendument indépendante, et ce afin
d’y arracher la majorité (de justesse : 6P, 5C, 2A) en faveur
de ce marché de dupes !

Ce contrat d’objectifs et le projet de refonte du décret organique du CNRS - dévoilé il y a
seulement 8 jours - transforment de fait l’organisme d’EPST en... EMR, Etablissement de
Management de la Recherche ! Manifestement la ministre de la recherche veut clore sa
« mission » de démolition des EPST avant de quitter son ministère !

Pour tout savoir sur les dangers de ce décret :
http://www.sud-recherche.org/SPIPprod/article.php3?id_article=642

Pour consulter la dernière version du contrat État/CNRS :
http://www.sud-recherche.org/SPIPprod/article.php3?id_article=643

Nous savons que ces réformes se traduiront pour les personnels par encore plus de précarité, de
mise sous pression et en concurrence exacerbée, avec la négation du travail d’équipe - le comble
en recherche ! -, et pour ceux qui ne seront pas parmi les plus "performants" selon les critères de
l’AERES : la porte ! C’est ce que permettra - pour tous les fonctionnaires - la loi « mobilité » que
le gouvernement cherche également à faire passer en force d’ici l’été.

Au terme d’un semestre de lutte, nous sommes plus révoltés que jamais et continuons la
résistance face au rouleau-compresseur des réformes destructrices de « Fillon-Sarkozy ».
Faisons de ce 25 juin une nouvelle journée de résistance et d’échange
sur nos luttes et le service public de recherche que nous voulons !

Rendez-vous notamment au siège du CNRS, à partir de 11H,
3 - Rue Michel Ange (16°)

Ce 19 juin : pas question de discuter au Ministère avec un pistolet
sur la tempe !

Voir la lettre ouverte adressée par notre syndicat à la Ministre

SUD-Recherche EPST, jeudi 18 juin