Soutien sans faille à la mobilisation du peuple Tunisien !

, popularité : 11%

communiqué de SUD-RE du vendredi 14 janvier en soutien au peuple de Tunisie et appelant les personnels de notre secteur à s’associer aux initiatives organisées dans les régions en France (voir ci-dessous)
Repris de SOLIDAIRES - 17 janvier "le dictateur est tombé, mais la lutte continue"
http://www.solidaires.org/article34746.html

Des évènements tragiques se déroulent en ce moment en Tunisie. Le peuple est descendu dans la rue pour protester contre les conditions de vie misérables qui sont son lot quotidien. Cela fait de nombreuses années que beaucoup d’entre-nous savent que le régime de Ben Ali n’est qu’une dictature et non une démocratie comme certains font semblant de le croire.

La plus grande partie de la classe politique de notre pays a été complaisante envers le régime en place et a gardé un silence complice. Une Démocratie bafouée, une presse muselée, les syndicalistes et opposants au régime emprisonnés, torturés…Tel était le lot commun en Tunisie.

Pays de vacances low cost pour les touristes de nombreux pays européens, en premier lieu de la France, la Tunisie n’était un paradis que pour une petite minorité de possédants et de supplétifs dociles. Pendant que les touristes étrangers se reposaient au soleil dans de beaux hôtels climatisés, les cris de douleur du peuple tunisien étaient étouffés par les forces de répression. Il y a quelques jours, notre propre ministre des affaires étrangères s’est même permise de proposer au régime policier en place de lui donner des conseils en matière de répression des manifestations populaires.

La Tunisie a vu son patrimoine pillé au profit d’une classe dirigeante sans scrupules. La situation économique est actuellement aggravée par les conséquences de la mondialisation libérale spéculative.

Nos laboratoires de recherche ont accueilli des générations d’étudiant-es tunisien-nes en formation de haut niveau, une partie de ces jeunes diplômé-es se retrouvant ensuite en situation très précaire dans leur pays. Le parcours d’Hatem Bettahar, maître de conférence à l’UTC (Compiègne), victime de la répression lors d’une manifestation, est une raison supplémentaire de témoigner de la solidarité de notre secteur professionnel.

De tout cœur avec celles et ceux qui luttent en Tunisie pour « rester debout », nous appelons les personnels de la recherche publique à témoigner leur solidarité en participant aux initiatives de soutien.

SUD-Recherche EPST, vendredi 14 janvier 2011