PESte : ne rien lâcher !

, popularité : 18%

Prime "d’Excellence" Scientifique, campagne 2011 : La direction du CNRS vient de lancer le processus. Cette expression de SUD-Re invite à ne pas céder au chantage et à continuer de refuser fermement la PEste !

Malgré le refus de la communauté, qui s’est traduit notamment par un nombre ridiculement faible de candidatures en 2010 dans tous les EPST, la nouvelle « campagne PES 2011 » démarre ces jours-ci au CNRS, et bientôt dans les autres organismes... sous le signe de la carotte et du bâton !

La carotte :
Certains membres des sections du Comité National du CNRS, certains directeurs d’unité de recherche, invitent les « véritables méritants » à postuler cette année ; de leur aveu même : la faible pression de sélection n’aurait pas permis de distribuer la prime aux « véritables excellents » ! De même, au Cemagref, 3 chercheurs ont été primés sur 7 candidats, l’argument étant qu’il fallait distribuer la PES à tout prix : il est loin le critère d’excellence tant vanté !

Le bâton :
Le ministère nous a habitués à son chantage permanent pour imposer ses réformes, tant pour le financement des laboratoires que pour les personnels (quelques améliorations des carrières sous condition d’acceptation de la PES). C’est maintenant au tour des directions des organismes de manier le bâton pour inciter les chercheurs à postuler à la PES : selon la direction du CNRS, il n’y a pas eu assez de demandes dans les labos « d’excellence », ceux-ci pourraient donc se voir déclassés par l’AERES lors de la prochaine évaluation, avec des conséquences sur leurs crédits !

De fait, au CNRS, les pressions se multiplient : les Instituts où il y a eu peu de candidatures ont été pointés du doigt et les sections du Comité National sont fortement incitées à prendre en charge les sélections. Pourtant, les sections qui ont joué le jeu l’an passé n’ont pas toujours été suivies dans leur sélection par l’administration !

Fort heureusement, d’autres sections continuent de refuser de participer, dans le pur respect de leur mandat : une évaluation dans le cadre statutaire de la fonction publique. SUD Recherche EPST soutient leur démarche, en particulier par le biais de ses élu/es.

Toutes ces pressions prouvent que les refus de candidater ou de participer à l’attribution sont des instruments de résistance efficace ! La PESte est un outil de management qui ne sert qu’à mettre en compétition les personnels.

Amplifions encore le processus de résistance en poursuivant l’envoi de courriers individuels ou collectifs à nos directions et à la Ministre :
« lettre-type » sur notre site

http://www.sud-recherche.org/SPIPprod/spip.php?article855

et recensement des « refuzniks » sur le site de SLR

http://sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3164

Ne cédons pas au chantage !
Continuons à refuser fermement la PES !